« Ce récit démontre, au nom d’innombrables enfants et parents qui se trouvent dans des situations similaires, pourquoi des modifications doivent être apportées à nos structures juridiques et sociales, afin de s’assurer que les enfants ne deviennent pas les instruments de l’animosité entre des adultes/parents qui ne vivent plus ensemble. »

Eugenia Moreno, directrice générale de l’ACTTS

La majorité des parents prennent la décision de se séparer ou de divorcer sans avoir été informés au préalable de la nature conflictuelle et coûteuse du processus judiciaire, ni des conséquences que cela peut avoir au niveau du bien-être et du développement de leurs enfants. De plus, les parents ignorent trop souvent les problèmes consécutifs à l’éclatement de la famille. Le jeune, qui ne retrouve plus ses repères habituels, peut s’enfoncer dans une spirale de comportements néfastes pour lui-même et les autres. Combien d’adolescents en détresse et malheureux fuguent de leur résidence familiale, consomment de la drogue, adhèrent à des gangs de rue et tombent littéralement dans la prostitution juvénile ? Les activités criminelles prennent rarement leur source dans un foyer où règnent l’amour, l’harmonie et l’entente. Certes, pour certains adolescents, elles sont générées par des problèmes d’ordre psychologique incontestables, mais pour plusieurs, elles découlent d’une rupture du tissu familial qui n’a pas été saisie dans toutes ses composantes dommageables, particulièrement pour le jeune.